LES BALCONFINÉES

Les balconfinés balcon bisouDSC05423 (2)

ART SOLIDAIRE POUR SOLITAIRES

« Quand l’art devient proche de ceux qui en sont loin et qui en ont besoin, on ne parle plus seulement de prestations et de spectateurs, mais de rencontres et de citoyens. »

– Marie-Paule Rozon, créatrice de spectacle de rue, comédienne-clown et médiatrice culturelle

Photo : Jasmin Simard

Au mois d’avril 2020, alors que tout un chacun est tétanisé par l’ampleur de la crise, Drôldadon, de concert avec le milieu communautaire de Rosemont, créé Les BalconfinéES, un spectacle sur mesure pour les personnes fragilisées par la pandémie, principalement des aînées. Lors d’une réunion de concertation du milieu autour de la mise en place de services d’aide aux personnes confinées, l’organisme a envie de contribuer. La proposition jaillit. L’organisme décide de leur offrir un moment d’évasion régénérateur car briser la solitude peut se traduire par un besoin d’être en lien avec l’art.
 

Les gens sont invités sur leurs balcons pour vivre ensemble un moment d’émerveillement. De l’art vivant dans le milieu de vie des gens! Ainsi dans les espaces privés des cours intérieures ou stationnements des résidences ou logements sociaux, est présenté un spectacle covid-proof de théâtre-cirque comique pour balcons - avec échasses pour mieux rejoindre les haut perchés- La proposition concoctée en accéléré, raconte l’histoire d’une famille loufoque qui cherche un appartement à louer dans un de ces immeubles.
 

Depuis 12 ans, Drôldadon a ses bureaux dans la suite culturelle de la Corporation de développement communautaire de Rosemont; un quartier réputé pour les liens étroits établis entre la culture et le communautaire. Les réflexes de collaboration ont permis de réunir rapidement toutes les ressources (intervenants de milieu, organisatrices communautaires du CLSC et HLM, agent culturel, bureau du député, policiers…et artistes) et d’établir un financement provenant de sources multiples.

Les BalconfinéES rallient toutes ces instances mais aussi la communauté : voisinage, quidam et médias font passer le mot sur de nombreux réseaux. Une grande tournée, loin des espaces habituels de diffusion est lancée dans un climat réjouissant de cohésion sociale.

 

Des moments d’évasion qui ont ravivé la flamme de plus de 5000 personnes sur leur balcon, alors que les arts clownesques et circassiens, le théâtre et la musique leur ont fait joyeusement la cour lors de 125 représentations à Montréal et en régions. En envoyant valser l’isolement, Les BalconfinéES  récoltent une vague de gratitude. « Merci de penser à nous ! Vous mettez de la vie dans nos vies ! ». Des commentaires qui galvanisent les artistes à chaque représentation et marqueront à jamais leur parcours.

Les BalconfinéES dans les médias

Les BalconfinéES à l'école

Les Balconfinés font partis des cinq projets artistiques à la base de l’élaboration de la formation : HORS SCÈNE, SE PRODUIRE ET SE DIFFUSER DANS DES LIEUX ATYPIQUES mise sur pied par Marie Bernier pour les conseils régionaux de la culture (Laval, Centre-du-Québec, Abitibi-Témiscamingue).

LES BALCONFINÉS PHOTO 44 DOSSIER20200514

Drôldadon tient à remercier chaleureusement tous les partenaires qui ont appuyé ce projet :

CDC de Rosemont, Centre communautaire Petite Côte, Office municipale d’habitation de Montréal, bureau du député provincial Vincent Marissal , Arrondissement Rosemont-La Petite-Patrie, Villes de Laval et Granby.

Un immense merci aux artistes qui ont plongé dans l’aventure avec générosité et talent. Toutes et tous ont contribué à rendre cette initiative des plus rayonnantes.
 

Merci à David Fiset, Chantal Simard (Les Belles Bêtes), Marie-Christine Simoneau (Illuzaö), Félix Tessier-Imbault à qui on a demandé qu’un de leurs personnages campe un.e des membres de la famille dans l’histoire du spectacle ainsi qu’à Frédéric Péloquin, Marie-Hélène Côté, Marianne Trenka, Hippolyte , Marie-Paule Rozon et pour Les Balconfits de Noël, Muriel de Zangroniz et Dominic Bourgeoys.
 

Merci pour les yeux extérieurs : Marie-Hélène Côté et Soisick Hébert.
 

Photo : Marie-Hélène Côté